Allures - Cycle d'expositions

Du 9 octobre 2015 au 21 février 2016, le cycle Allures propose un parcours à travers les différentes galeries des Turbulences - Frac Centre.

L'exposition

Allures propose d'explorer un ensemble d’œuvres de la collection du Frac Centre-Val de Loire, notamment des acquisitions récentes (Passi, Superstudio, Cantafora) comme des œuvres peu ou pas encore montrées aux Turbulences (Niedermayr, Pettena, EZCT, Labdora, Andrault & Parat) donnant à percevoir, dans leurs singularités respectives, ce qu’elles partagent pour exprimer la notion de «présence» urbaine et architecturale.

Allures s’ouvre donc au champ lié à la pensée visionnaire de formes inédites, signifiantes et affranchies, à travers une sélection d’œuvres s’inscrivant dans cette «mise en œuvre» de figures éclatantes d’une discontinuité prometteuse (Archizoom Associati, UFO, Superstudio).

Allures s’ouvre aussi à la perception d’un état à la fois retrouvé et renouvelé, mâtiné d'histoire et de souvenirs rejoués (Libeskind), de réel manipulé (Casebere, Pettena) ou remotivé (Ian+) dans un prolongement étendu et prospectif des pratiques de l’art entre elles (Di Teana).

Les dépôts obtenus pour Allures (Absalon, les «allures mathématiques de la fonction elliptique» du Laboratoire de Mathématique de Besançon et la sélection d’images exceptionnelles liées au mouvement Vhkutemas) prennent ici tout leur sens : ils sont autant de formes de lien, de passerelles pointant, à travers la diversité de ces présences, sur l’enjeu commun d’un intelligible atteignable. Esquisses, croquis, grilles, histogrammes, typologies, plans, calques, modélisations, maquettes, images argentiques ou images en mouvement... Qu'elles soient les réalités d'une main agissante ou l'expression d'un outil de production numérique, ces œuvres s’envisagent alors à l'aube d'un état de fragilité – qui pourrait trouver son «allure» dans la notion de «sens tremblé» chère à Roland Barthes – et qui forme chez elles forces et densités.

Les artistes

La présence d’artistes et d’architectes contemporains invités (Farah Atassi, Eva Le Roi, sNCDA, Office KGDVS, Vincent Lamouroux, Hayoun Kwon) se conjugue à celle de la collection. Les correspondances s’engagent, débordant les tentatives de clôture, interrogeant nos modalités d’organisation et de définition du savoir, de la (re)connaissance, de perception du sensible. Ces univers hétérogènes esquissent pourtant une cohérence manifeste de la production artistique qu’elle soit du champ de l’art ou de celui de l’architecture.

Informations pratiques :

 

Partager cet article 
  • email
  • facebook
  • twitter
Note moyenne de l'article : 2.3/5
Noter cet article :
noter l'article

Les Turbulences - FRAC Centre - Retour sur le projet

En 2013, le futur FRAC Centre...

Vendredi 6 novembre 2010, le 1er élément du futur FRAC Centre – était posé à Orléans. Futuriste et audacieux, le Fonds régional d’art contemporain 2e génération ouvrira ses portes en 2013.

Art contemporain.

C’est parti, le FRAC Centre s’érige actuellement sur le site des Subsistances militaires d’Orléans. A partir de 2013, son architecture, futuriste et audacieuse, ainsi que l’impressionnante collection abritée rayonneront sur toute la région et bien au-delà.

Imaginé par l'agence d'architecture parisienne Jacob+MacFarlane, le projet se compose de trois « Turbulences » de verre habillées d'une résille métallique. Recouvertes de milliers de diodes lumineuses, ces tours à la géométrie « déstabilisante » seront comme des signaux urbains ; elles symboliseront l’idée du phare dans la ville : « on ne pourra passer aux abords de l’édifice - boulevard Rocheplatte - sans que l’œil soit instantanément interpellé par son esthétisme », explique Yacine Ait Kaci, designer associé au projet. « Matière, lumière et information seront les trois piliers du FRAC » ; il vivra une métamorphose permanente puisque des images seront projetées sur sa peau de verre. « Probablement renverront-elles aux expositions qu’il abrite pour attirer le public… mais après tout, tous les scenarii seront imaginables ! »

Une nouvelle génération de FRAC

Culminant à 17 mètres, pour la plus haute, les Turbulences viendront s'insérer dans un bâtiment militaire du XIXe siècle ; une architecture anachronique qui fera entrer un FRAC de plus dans une nouvelle dimension. Après 25 années de collection, les FRAC dits de « 2e génération » arrivent donc en France. Peu à peu, ils prennent place dans de nouveaux locaux, mieux adaptés à leurs missions de conservation, de diffusion et de sensibilisation à la création contemporaine

Ainsi, le FRAC Centre offrira un accès permanent du public aux diverses collections sur 500 m2 d’espace exposition, pourra accueillir les groupes scolaires sur 200 m2 d’espace pédagogique, mettra par la suite un centre de documentation, un auditorium ou encore une cafétéria… à la disposition des étudiants, des chercheurs ou tout simplement des amoureux de l’art contemporain.

Circulation des collections...

Particularité du FRAC Centre et de ses 1 200 m2 d’exposition : sa double dévolution à l’architecture et à l’art contemporain. Sa collection, inestimable, est comparable à celle que l’on trouve au département d’architecture du célèbre MoMA à New York.

Riche de 300 œuvres, 800 maquettes et de plus de 10 000 dessins, le FRAC Centre c’est aussi un potentiel rare en matière de sensibilisation à l’art contemporain et de diffusion des connaissances auprès du public. Un trésor qui n’attend pas que l’on vienne à lui, mais qui au contraire, s’exporte aux quatre coins de la planète. Londres, Vienne, New York, Tokyo, Pékin ont déjà accueilli des collections FRAC Centre.
L’inauguration du nouveau FRAC est prévue pour 2013, à l'occasion des 9e rencontres internationales d’architecture d’Orléans, plus connues sous le nom d’Archilab.

Plus d'informations : www.frac-centre.fr (nouvelle fenêtre)

Note moyenne de l'article : 3.4/5
Noter cet article :
noter l'article