La Région de Mopti au Mali

Historique

La Région Centre-Val de Loire a retenu la région de Mopti au Mali comme une zone prioritaire de coopération décentralisée. Le protocole signé en décembre 2005 entre les deux parties prévoit notamment de contribuer à l’approfondissement de la coopération décentralisée franco-malienne et de développer en commun une coopération décentralisée de « fleuve à fleuve ».
Cette coopération s’appuie sur 3 documents stratégiques :

  • L’accord de coopération décentralisée conclu entre les deux collectivités en 2005 ;
  • La Charte « Loire-Niger » ;
  • Le Plan de Développement Economique, Social et Culturel (PDESC) de la Région de Mopti.

La Région de Mopti au Mali

Mopti, 5ème région administrative de la République du Mali, couvre une superficie de 79 000 km², soit 6% du territoire national. Suivant le découpage administratif du territoire, la région compte huit cercles (équivalent des départements), répartis en deux zones naturelles :

  • La zone exondée (Bankass, Bandiagara, Koro, Douentza) qui correspond notamment à la zone du plateau Dogon,
  • La zone inondée qui correspond à une partie du Delta intérieur du Niger (cercles de Mopti, Djenné, Tenenkou, Youwarou).

Au dernier recensement de 1998, la région de Mopti comptait 1 500 000 habitants. Carrefour entre le Nord et le Sud, la région est une zone de brassage de population constituée de Peuls, Bozos, Somonos, Dogons...

D’un point de vue économique, l’agriculture, la pêche, l’élevage et le commerce constituent la base de l’économie régionale, de même que le tourisme autour du pays Dogon. Le pôle Mopti/Sévaré concentre l’essentiel de l’activité du secteur tertiaire. Le secteur industriel est quasiment inexistant et principalement orienté sur l’agroalimentaire. L’artisanat moderne est peu répandu et concentré dans les villes alimentées en électricité telles que Mopti/Sévaré et Bandiagara et, dans une moindre mesure, Djenné et Douentza. D’un point de vue social, la région est caractérisée par des taux de scolarisation et de couverture sanitaire comptant parmi les plus bas du pays. Toutefois les potentialités de développement économique de la région restent importantes.

L'Assemblée Régionale de Mopti

Créée par la loi du 10 août 1999 portant sur la création des collectivités territoriales Cercles et Régions au Mali, l’Assemblée Régionale de Mopti comprend deux organes : un organe exécutif et un organe délibérant.
Elle a été mise en place le 26 novembre 1999. L’Assemblée est constituée de 25 conseillers régionaux, élus par suffrage indirect issus des 8 conseils de cercle de la région.

Les services techniques et administratifs de l’Assemblée Régionale de Mopti sont constitués :

  • de personnel administratif permanent (un secrétaire général, un comptable, un régisseur, une secrétaire, un documentaliste, un chauffeur, un planton et un gardien);
  • de personnel technique mis à la disposition de l’Assemblée Régionale par ses partenaires (un conseiller technique de la coopération Région Centre-Val de Loire/Assemblée Régionale de Mopti) ;
  • de personnel permanent mis à la disposition d’autres services ;
  • de 40 professeurs d’enseignement secondaire général, technique et professionnel (prise en charge par les fonds PPTE) et 12 agents subalternes pour l’hôpital de Mopti et des lycées de la Région qui émargent sur son budget de fonctionnement;

L’Assemblée Régionale règle par ses délibérations les affaires de la région notamment celles relatives aux programmes de développement économique, social et culturel et de sa mise en cohérence avec les programmes nationaux. De plus, l’Assemblée Régionale peut émettre des avis sur toutes les affaires concernant la région. Elle est obligatoirement consultée pour la réalisation des projets de développement décidés par l’Etat sur le territoire de la région.

Les axes d'intervention

La Région Centre-Val de Loire et la Région de Mopti ont signé un accord de coopération le 17 décembre 2005. Il porte sur :

  • L’intensification des échanges humains, culturels et économiques entre les deux régions ;
  • Le développement durable local, la lutte contre la pauvreté et la sécurisation alimentaire ;
  • La gestion intégrée de la ressource en eau ;
  • Le renforcement des capacités institutionnelles de gestion ;
  • Le développement économique local ;
  • La protection, la valorisation patrimoniale et le développement touristique ;
  • La formation et l'éducation.

Le cadre stratégique d’intervention élaboré par les deux collectivités définit trois orientations prioritaires, à savoir :

  •  une première composante dédiée à la protection et à la valorisation du Delta intérieur du Niger (DIN), et oeuvrant pour le développement durable du territoire du DIN à la faveur de la création de la Maison du Delta,
  • une seconde composante qui consiste à promouvoir les échanges culturels, économiques et humains entre les deux régions partenaires et à renforcer les liens entre les deux territoires.
  • un appui conséquent à la sécurisation alimentaire à travers un projet de soutien aux coopératives féminines de la région de Mopti et la mise en place d’un fonds d’appui aux initiatives locales.