L'esprit du CAP Viandes blanches

Vos engagements :

  • Consolider la filière et les emplois régionaux autour des éleveurs. Le but est ici de maintenir le premier débouché de la filière grandes cultures qui est l’alimentation des porcs et des volailles.
  • Améliorer les conditions de production en élevage
  • S’orienter vers une capacité d’autonomie alimentaire sur l’exploitation
  • En accompagnant les éleveurs dans leurs démarches administratives de montage de projets et de développement
  • Développer la recherche et l’innovation en partenariat avec le secteur du végétal
  • Investir dans la consommation de proximité afin de montrer toute la diversité de la filière

Ici est présenté l’esprit de la filière comme l’envisage les professionnels pour le futur CAP. De ces orientations, une réflexion est actuellement en cours pour définir un plan d’actions qui permettra d’atteindre ces objectifs.

Adoption du CAP et actualité :

Le CAP Viandes Blanches (de 1ère génération) a été adopté le 25 Janvier 2007 par le président du Conseil Régional du Centre, et les présidents de ARIPORC, du CRIAVI, de l’UGPLC. Celles-ci (à l’exception de l’UGPPC) sont d’ailleurs chargées de l’animation et la mise en œuvre de ce CAP. La Région a mobilisé  1 972 000 € pour la mise en œuvre du programme d’actions de ce CAP. L’année 2012 sera l’occasion d’achever le travail de réflexion entamé en 2011 pour l’élaboration du CAP de 2ème Génération.

Un point pour mieux connaître la filière en région :

La filière régionale :
En viandes blanches (c'est-à-dire porcs, lapins et volailles) le Centre ne représente que 2 à 5% de la production nationale selon les filières. Il est donc nécessaire pour la région de se démarquer des forts bassins de production que sont la Bretagne et les Pays de la Loire.

Porcs :

La région Centre abrite majoritairement des exploitations aux petits effectifs (moins de 49 porcs) même si la tendance va à l’accroissement du cheptel. Le système principal sur le territoire est le système de naisseur engraisseur couplé à un atelier grandes cultures et oléo protéagineux participant ainsi à une certaine forme d’autonomie alimentaire même si une grande partie de l’approvisionnement alimentaire est assuré par 4 grands groupes céréaliers. Les exploitations se concentrent surtout dans l’Indre et l’Indre et Loire.
La majeure partie de la production est destinée aux grandes et moyennes surfaces (84%) le reste va en distribution traditionnelle.
Le Centre reste une petite région en comparaison avec la production bretonne.


Volailles :
Le Loiret et le Loir et Cher  (50% de la production régionale) abritent la majorité des exploitations. La majeure partie (82%) de la production est représentée par de la volaille finie (poulets et dindes) ne laissant que 10% aux poules pondeuses (600 millions d’œufs produits). Derrière la Bretagne et les Pays de La Loire le Centre arrive au 5e rang pour cette production.
Une des caractéristiques de cette filière sont les signes de qualité. En effet 34% des volailles produites sont de qualité bien que la demande soit de moins en moins forte (préférence des consommateurs pour les pièces prédécoupées plutôt que l’animal entier).
Pour respecter les normes européennes sur le bien être, les bâtiments sont construits en semi claustration (espace mixte avec parcours).
La filière avicole est bien encadrée par la recherche avec l’INRA de Tours qui mène des expérimentations (sélection avicole, fonction et régulation des protéines de l’œuf, biologie animale…)


Les viandes blanches : en termes de volume elles constituent les ¾ de l’activité viande de la région ce qui laisse penser que le marché est important. La région se caractérise par une grande diversité de produits (porcs charcutiers, dindes, œufs, poulets de chair…) et de gammes de qualité.
Au niveau des porcs il semble difficile à la région de rivaliser seulement avec 374 621 têtes à l’effectif de 10 millions présent en Bretagne. D’ailleurs elle ne représente que 3% de la production nationale (120 000 tonnes).

La consommation française étant forte (la viande de porc est la plus consommée car on trouve une diversité de produits et son prix est le plus bas) il est important de maintenir une production suffisante et de qualité pour approvisionner l’aval de la filière et rester compétitif par rapport à des grandes régions spécialisées comme la Bretagne.

Dans la région cette filière abrite 4000 emplois répartis sur l’élevage, les entreprises de transformation, d’abattage, de découpe et les industries de l’agro alimentaire. Il s’agit d’une filière bien structurée notamment avec des interprofessions reconnues telles que CRIAVI et Ariporc mais aussi des Organisations de producteurs qui assurent un suivi technique et le transport des bêtes vers l’abattoir.

Pour plus d’information sur la filière viandes blanches : téléchargement du doc 4p de Mme Préveral (sous S/CAP Viande Blanche 2G).


Les atouts de la région :

  • Association élevage et cultures sur les exploitations en faveur d’une autonomie alimentaire, notamment grâce à la forte disponibilité des matières premières.
  • Complémentarité entre groupes de l’aval : on nourrit les bêtes avec les céréales produites sur place et on valorise les effluents d’élevage par des épandages au champ.
  • Diversité des modes de production qui permet de répondre aux attentes de tous sur le marché
  • Un marché local bien présent et une proximité non négligeable avec Paris


Les actions prioritaires en région :

  • Maintenir un potentiel de production en quantité et qualité suffisante pour répondre aux besoins des consommateurs et approvisionner les entreprises de l’aval
  • Obtenir une répartition équitable de la marge
  •  Avancer avec la filière Grandes Cultures
  • S’assurer de la mise aux normes des bâtiments d’ici la fin de l’année

 

Les sigles pour les nuls :

-    INRA : Institut National de Recherche Agronomique
-    OGM : Organisme Génétiquement Modifié
-    UGPLC : Union Groupements Producteurs Lapins du Centre

Pour aller plus loin :


Retrouver le CAP Viandes Blanches

Note moyenne de l'article : 1.0/5
Noter cet article :
noter l'article