Agriculture biologique

Les surfaces conduites en bio progressent en Centre-Val de Loire, comme dans toutes les régions françaises. Pour autant, la part de SAU régionale conduite en bio 2,3% fin 2016, reste très en dessous de la moyenne nationale de 5,7%. Le développement des surfaces conduites en bio et la structuration des filières liées sont donc une priorité pour la Région.

Le soutien à l’agriculture biologique est ainsi pleinement intégré dans chaque CAP filière. Il fait également l’objet d’une politique transversale spécifique. L’intervention est articulée autour de quatre axes :

Le 1er axe concerne le soutien à l’animation et à la structuration de la filière, le soutien à Biocentre, l’association à vocation interprofessionnelle agriculture biologique régionale et aux Groupements d’Agriculteurs Biologiques départementaux.

Le 2e volet concerne la prise en compte des spécificités de l’agriculture biologique au travers des filières de productions : mise en place d’actions spécifiques dans certains CAP filières (comme l’appui technique pour les filières viticulture ou légumes), renforcement de l’agriculture biologique au sein des stations d’expérimentation existantes, aides aux investissements dans le cadre des CAP filières ou au titre de la politique de développement territorial.

Le 3e volet concerne le soutien à la conversion. La Région apporte une aide à la certification depuis 2007 avec près de 300 agriculteurs accompagnés chaque année, et, depuis 2013, un dispositif de sécurisation de la période de conversion par un accueil et un accompagnement de l’agriculteur, de la formalisation de son projet à sa mise en œuvre durant les trois premières années.

Le 4e volet concerne l’introduction de produits issus de l’agriculture biologique dans la restauration collective.

Enfin, la Région est responsable du financement par le Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural des aides aux agriculteurs à l’hectare pour la conversion ou le maintien à l’agriculture biologique.

Chaque année, la Région consacre entre 1,5 et 2 millions d’euros à soutenir l’agriculture biologique.

Aller plus loin