Maison passive : Pass-I*Lab ou la solution anti carbone

La maison passive du lycée Gaudier-Brzeska de Saint-Jean de Braye (45) a été inaugurée en novembre 2009. Grâce à elle, l’enseignement de la construction selon les standards « Maison passive » prend une toute autre dimension. Visite de Pass-I*Lab.

 
Développement durable. Concept développé depuis près de trois décennies en Allemagne, Autriche ou en Suisse, la « Maison Passive » est un bâtiment quasi autonome au regard des besoins classiques en énergie fossile. Ainsi, son empreinte carbone est quasi nulle, été comme hiver. Le concept repose sur deux principes : d’une part la réduction maximum des déperditions thermiques (une bonne isolation), et de l’autre, l’optimisation des gains de chaleur, comme l’explique l’architecte allemande Adelgund Witte : « Ce type de construction utilise et optimise les sources de chaleur passives existantes : ensoleillement des façades, géothermie par puits canadiens, mais aussi, chaleur émanant d'appareils électroménagers ou dégagée par ses occupants... l’ensemble est optimisé par un système de ventilation double-flux avec pompe à chaleur intégrée. »
Une « maison du futur » ? Plus vraiment. En tout cas plus pour les élèves du lycée des Métiers du Bâtiment, des Travaux Publics et du Géomètre, Gaudier-Brzeska. Oui, c’est au cœur de l’établissement de Saint-Jean de Braye (45) qu’une maison passive a vu le jour. Conçue par Adelgund Witte, elle vient tout juste d’être inaugurée, son nom : Pass-I*Lab.
 
Pourquoi dans un lycée ?
Pour apprendre d’elle. Unique en son genre, cette maison est avant tout un outil de transfert de technologie. Grâce à elle, l’enseignement de la construction selon des standards « Maison passive » prend une toute autre dimension : Pass-I*Lab se veut à la fois laboratoire pédagogique, centre de documentation, ou encore, lieu de formation et d'exposition, à partir duquel des études peuvent être menées, tant sur ses comportements thermique et hygrométrique que sur ses besoins en énergie primaire. 
D’une surface de 110 m², elle servira donc de passerelle vers l’innovation : les lycéens, futurs professionnels du bâtiment, ont maintenant à leur disposition un outil pour comprendre comment vit énergétiquement une maison passive. Pass-I*Lab apporte donc la preuve tangible qu’habitat et empreinte carbone sont deux thématiques pouvant parfaitement vivre en symbiose. 
La maison passive Pass-I*Lab a été financée par la Région Centre et conçue par l’architecte allemande Adelgund Witte installée à Orléans depuis 15 ans.
Note moyenne de l'article : 1.7/5
Noter cet article :
noter l'article

Construction et urbanisme durables