Deux lycées de la région s’engagent à limiter leur consommation d’énergie

La Région Centre-Val de Loire a officiellement lancé le projet ENERGE sur son territoire. Objectif : diminuer de 15% la consommation d’énergie dans 12 établissements scolaires de 6 pays européens. En France, seuls deux lycées participent à ce projet d’envergure et ils se trouvent dans notre région.

La Région Centre-Val de Loire s’engage une fois de plus pour la transition énergétique. En pleine semaine de la COP régionale, elle a officiellement lancé le projet ENERGE (Energizing Education to Reduce Greenhouse Gas Emissions - sensibilisation à l’énergie pour réduire les émissions de gaz à effet de serre) lors de l’événement Climate Action qui s’est tenu à l’Hôtel de Région lundi 9 décembre.

Il s’agit d’un projet européen innovant qui réunit 7 principaux partenaires issus de 6 pays européens, 3 industries, 12 établissements scolaires (collèges et lycées) expérimentaux et 6 organisations représentant la communauté éducative. 6 pays européens participent à ce projet : l’Irlande, l’Allemagne, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et donc la France. Dans notre pays, seuls deux lycées sont impliqués et ils se situent sur notre territoire :

  • le lycée professionnel Gaudier-Brzeska de Saint-Jean-de-Braye (45)
  • et le lycée agricole du Subdray – EPLEFPA Le Subdray –  près de Bourges (18).

Réduire la consommation d’énergie de 15% d’ici 2022

ENERGE a un objectif ambitieux : réduire d’au moins 15% la consommation totale d’énergie d’ici la fin des 4 années du projet dans les 12 établissements scolaires pilotes. Pour cela, tous les acteurs des écoles, et pas seulement les élèves, sont invités à prendre conscience des enjeux énergétiques. "C’est un vrai projet de terrain, impliquant les élèves, les enseignants, le personnel technique et administratif" explique Louise Hannon, initiatrice du projet.

Pour cela, les deux lycées de la région expérimentent des solutions alternatives à bas coût et durables pour notamment pallier deux choses : le gaspillage d’énergie dans les bâtiments vieillissants et énergivores et le coût élevé lors de la rénovation ou construction nouvelle. Des capteurs sont installés dans chaque établissement pour mesurer les résultats.

Cela passe également par la mise en place de plusieurs outils de communication et par le développement de plateformes numériques et d’outils pédagogiques. L’idée, c’est que les élèves soient sensibilisés aussi bien à l’école que chez eux et qu’ils changent leurs comportements au quotidien.

L’Europe, premier financeur du projet

Les établissements scolaires travailleront également en étroite collaboration puisqu’une plateforme numérique est mise en place pour permettre des échanges entre sites et entre les élèves. Plusieurs visites d’études entre les établissements et acteurs du projet auront ainsi lieu pendant 4 ans. Ce projet vise donc aussi à rapprocher les peuples européens entre eux.

Projet européen, ENERGE est ainsi financé en grande partie par l’Europe. Sur un budget total de 4,27 millions d’euros, 2,56 millions d’euros sont apportés par l’Europe à travers les Fonds Européens de Développement Régional (FEDER), soit 67% du budget total.

Pour le Président de Région, François Bonneau, "cette participation s'inscrit tout naturellement dans le cadre de la COP régionale Énergie Climat que la région a initié et lancé depuis janvier 2019".

Rechercher l'actualité


Vidéo à la une

Toutes les vidéos