Un nouveau four et de nouvelles ambitions pour Duralex

Avec le soutien de la Région et de Bpifrance, le géant industriel du verre Duralex vient d’investir dans un nouveau four qui lui permettra d’augmenter ses capacités de production. L’objectif est ambitieux : doubler le chiffre d’affaires dans les 5 ans à venir. Une aubaine économique et sociale pour notre région.

Sans-titre-5.jpg

Le 5 octobre dernier, l’usine Duralex, à La Chapelle Saint Mesmin, inaugurait son nouveau four en présence de nombreux élus : le président du Conseil régional, le préfet, le maire de La Chapelle Saint Mesmin et le président d’Orléans métropole.

Alors qu’elle échappait de peu à la liquidation il y a quelques années, l’entreprise a retrouvé une nouvelle jeunesse et affiche d’ambitieux objectifs, comme doubler son activité en Chine. L’entreprise a aussi de grands projets – encore confidentiels – pour le marché français et espère doubler son chiffre d’affaire dans les 5 ans à venir.

Un coup de pouce financier de la Région

Pour concrétiser ces ambitions, le nouveau four était indispensable. D’abord parce que l’ancien, en fin de vie, multipliait les pannes. Mais aussi parce que ce nouveau four va produire un verre de meilleure qualité – plus brillant, plus transparent – et décliné dans de nouvelles teintes, plus modernes. Enfin, et surtout, ce nouveau four permettra de réduire les émissions polluantes. L’investissement nécessaire à la construction du four et à la remise aux normes de l’usine atteint 12 millions d’euros. Un effort conséquent auquel ont participé la Région (aide remboursable de 400 000 €) et Bpifrance (prêt de 4 M€). Deux soutiens de poids qui ont convaincu la Caisse d’Épargne Loire-Centre d’apporter à son tour 2 millions d’euros. La construction du gigantesque four de 50m2 a nécessité une interruption de la production de près de 2 mois. Maintenant opérationnel, le four flambant neuf va fonctionner pendant 10 à 12 ans, chauffant 24h/24 à 1 500°C…

Une nouvelle étape dans la modernisation

Grâce à ce four innovant, Duralex va pouvoir accroitre sa production de gobelets, vaisselle, plats de cuisson et de conservation. C’est surtout une nouvelle étape de la reconstruction de Duralex, amorcée en 2008 par trois de ses actionnaires, parmi lesquels son actuel président Antoine Ioannides, qui souligne : « Depuis 2008, nous avons investi 40 millions d’euros dans l’entreprise. Des investissements qui ont permis de préserver 250 emplois… et qui vont en créer de nouveaux. » Car pour accroitre et diversifier sa production, Duralex recrutera dans les prochaines années.
 

Duralex, industriel historique de notre région


Première région céréalière de France et d'Europe, le Centre-Val de Loire conserve une économie fortement agricole. Pourtant, l'industrie génère toujours 17% du PIB, avec une grande diversité d’activités : la pharmacie, la chimie, la cosmétique, le caoutchouc-plastique, les équipements mécaniques, le matériel électrique, électronique et informatique… La Région s’est aussi dotée de pôles de compétitivité reconnus à l’international (parfumerie et cosmétiques, nouvelles sources d’énergie, caoutchouc, etc.).

Dans ce paysage varié Duralex, qui fêtera bientôt ses 80 ans, tient une place spéciale. L’entreprise valorise le « made in France » en exportant 80% de sa production. Elle se modernise et déploie des dispositifs de gestion durable qui l’inscrivent dans l’avenir. Pour la Région – responsable depuis début 2017 du développement économique de son territoire* – soutenir les projets de Duralex était donc une priorité.

* Depuis début 2017, la loi NOTRe confie à chaque région la compétence exclusive pour le développement économique de son territoire.

 

 

Note moyenne de l'article : 3.4/5
Noter cet article :
noter l'article

Rechercher l'actualité


Vidéo à la une

Toutes les vidéos