Une nouvelle aide à destination des éleveurs victimes de la sécheresse de 2019

Après les 4 mois de sècheresse de 2018, l’année 2019 a été marquée par un nouvel épisode de sècheresse et deux épisodes de canicule qui ont tout particulièrement touché les éleveurs. Ces deux épisodes de sècheresse en 2 ans, extrêmement dommageables pour les élevages régionaux, renforcent la Région dans sa volonté d’accompagner ses éleveurs, par des mesures structurelles ambitieuses, afin d’être plus résilients face aux aléas climatiques.

Dans ce contexte, la Région a souhaité renouveler son plan d’appui à l’élevage suite à la sècheresse 2018 afin de prendre en compte cette nouvelle sècheresse 2019. Une aide exceptionnelle de 2 millions d’euros y est consacrée afin de poursuivre et compléter les mesures structurelles définies en 2018 pour les filières bovins viande, bovins lait, caprins et ovins.

La poursuite du CAP sécurisation fourrages avec des adaptations du dispositif :

Le « CAP sécurisation fourrages » vise à sécuriser par le stockage, le système fourrager. Il est composé d’une aide à la réalisation d’un diagnostic fourrager et d’une aide à l’investissement pour la création ou l’augmentation des capacités de stockage.

Le dispositif d’aide est le suivant : un taux d’aide exceptionnel de 35% sur un montant de travaux maximum de 70 000 euros HT. Les investissements ont été élargis aux silos ensilage et les dossiers seront priorisés selon le pourcentage de stockage avant le projet afin de prioriser les élevages dont les niveaux de stockage sont les plus faibles. Cette aide exceptionnelle aux bâtiments pour le stockage de fourrages est réservée aux éleveurs ayant réalisé le diagnostic « système fourrager » (financés à 100% par la Région) et pour lesquels le diagnostic a conclu à la pertinence de créer ou d’augmenter le stockage des fourrages.

La mise en place d’un accompagnement favorisant le développement des pratiques d’implantation de prairies sous couvert de méteil et des pratiques de rénovations des prairies par sur-semis et la prise en charge du surcoût généré au semis :

Les semis de prairies sous couvert d’un mélange céréales protéagineux immatures peut permettre de sécuriser l’implantation de la prairie à l’automne tout en bénéficiant avec le méteil d’un fourrage supplémentaire. Cela présente néanmoins des surcoûts et des risques pour l’éleveur : nécessité d’une récolte précoce du méteil (portance) et coût de semences plus important.

Ce dispositif  favorise le développement de ces pratiques par une aide à l’achat de semences fourragères afin de diminuer la prise de risque de l’éleveur et inciter ainsi à tester des pratiques augmentant la résilience du système fourrager. Cette aide à l’achat des semences est de 40% sur un montant maximum d’achat de semences de 1 700 euros HT et est réservée aux éleveurs ayant réalisé un appui technique « gestion des surfaces prairiales » (financé à 100% par la Région).

Rechercher l'actualité


Vidéo à la une

Toutes les vidéos